• My Real Story

    © Je m'appelle Aixela, je suis une fille de seize ans, mon cœur à été brisé il y à quatre mois déjà...ce garçon dont j'étais folle amoureuse ne m'a jamais remarquer malgré tout ce que je faisais pour lui, il a finalement rencontrer la fille qui lui correspondait, ce n'est pas moi, je ne peux rien faire d'autre qu'abandonner cet amour à sens unique qui me laisse maintenant avec le cœur déchiré...Je me rappelle très bien la première fois que je l'ai vue, il était peut-être déguisé, mais ce fut comme une décharge électrique... Il était là au milieu de ce festival où je me trouvais, avec ses amis, il prenait des photos, après quelques hésitations je me suis finalement décidée à aller lui parler pour avoir un câlin et une photo avec lui, ce qu'il à tout de suite accepter. Je ne peux vous décrire à quel point mon cœur s'est mit à battre la chamade, j'étais tombée amoureuse sous le coup, un coup de foudre pur et dur. Seulement j'étais trop timide pour discuter avec lui alors je l'ai juste laisser repartir avec ses amis à ce moment là , je ne pensais pas que je regretterai ce geste quelques heures plus tard. En effet en rentrant de ce festival je ne pouvais que penser à ce mystérieux inconnu qui ne m'avait pas laisser indifférente, pourtant rien ne permettrai de revenir en arrière et de lui parler et pourquoi pas rester en contact avec lui. Ce ne fus que deux jours plus tard qu'une de mes amies me parla d'une page facebook sur laquelle des photos de ce festival circulait, grâce à ses conseils je suis donc allée voir cette fameuse page et après un long moment de recherches, quelqu'un avait répondu à ma question dans laquelle je demandais qui était le garçon avec qui j'avais pris la photo que j'avais poster. Cette personne m'avait envoyer le lien d'une autre page où se trouvait ce fameux garçon alors sans aucune hésitation j'allai y faire un tour et je l'ai bien retrouvé ce garçon, c'était lui qui commentait une photo sur laquelle il se trouvait, ni une ni deux je lui envoyais une invitation d'ami , qu'il accepta presque aussitôt. J'étais plus qu'euphorique , je m'empressai de lui envoyer un message pour lui dire qui j'étais et c'est à ce moment là que nous avons commencer à parler pour la première fois. Je découvrit donc qu'il s’appelait Kein et qu'il avait ...19 ans !On avait donc trois ans d'écart ce qui n'était pas beaucoup en soit, sauf que lui était majeur tandis que moi j'étais encore une enfant, je pense que c'est comme cela qu'il m'a toujours perçue d'ailleurs.Nous avons donc correspondu un long moment sur facebook, quand je dis un long moment c'est à dire des jours et des jours , jusqu'à ce qu'il me donne son numéro de téléphone, et nous avons continué de parler tous les jours sans interruptions, même si les messages venaient toujours de moi, mais il n'était pas du genre à envoyé des messages, même à ses amis... Plus je lui parlais, plus j'en apprenais sur lui, plus je me confiais, et plus je tombais amoureuse de lui. Pour moi notre âge n'avait pas d'importance, j'étais simplement amoureuse depuis la première seconde. Ma vie s'écoulait donc pendant des mois, les fêtes de noël passèrent et la nouvelle année fut vite arrivée et nous parlions toujours autant, il n'y avait pas un jour où l'on ne parlait pas et cela me convenais très bien qu'il ne sache rien de mes sentiments et d'être simplement une très bonne amie pour lui, enfin c'est ce que je croyais, en fait cela ne me convenais pas du tout, mais je ne m'en suis rendue compte qu'en février, le jour de la Saint Valentin que cela ne me convenais pas du tout. Ce jour là j'étais chez mes grands parents, toujours seule évidemment, et c'est à ce moment là que je me décidai finalement à lui dire ce que je ressentais, j'ai attendu de rentrer chez moi deux trois jours plus tard pour lui écrire une longue lettre d'amour, sous forme de SMS du moins dans laquelle je lui déclarai mon amour, je m'en souviens comme si c'était hier... Sa réponse m'avait donner chaud au cœur, il ne m'avait pas repousser, mais n'avait évidemment pas non plus répondu que c'était réciproque, il m'avait simplement assurer qu'il serait toujours là pour moi, et ça me convenait. On s'est revu, deux mois plus tard, il était bel et bien au courant que je l'aimais et j'avais passer la journée avec lui et ses amis lors d'un autre festival et jamais je n'oublierai la première fois qu'il à posé les yeux sur moi, ou même la façon dont il me regardait, son regard était doux et chaud, il m'eus pris dans ses bras à un moment pour me remercier d'un cadeau que je lui avais fait, j'étais heureuse, tout allait bien pour moi, mais au fond de moi ce jour là je compris quelque chose que j'aurais préférer ignorer. Ce jour là il y avait cette fille avec nous et dès l'instant où il posa les yeux sur elle je savais, je savais que c'était elle, la fille qui serait la cause de mon proche chagrin d'amour, la future cause de mes pleurs et de ma tristesse. C'était évident qu'il avait le béguin pour cette jolie blonde, et il avait de quoi elle était sublime, ce qui n'était pas mon cas...Je passais tout de même la journée avec eux en faisant comme si de rien était, après tout l'espoir fait vivre. Quelques jours plus tard je voulais en avoir le cœur net, alors comme à mon habitude je lui envoyais un message, mais cette fois je lui demandai une réponse précise, est ce qu'il voulait de moi ou pas. Il ne répondit pas d'abord, il commença à trouver des excuses, sur notre âge, sur la distance, puis finalement au bout de quelques messages il m'avoua enfin ce que je voulais entendre :  « Je suis attiré par quelqu'un d'autre, désolé ». Voilà je m'étais brisée le cœur moi-même, je l'avais forcer à me faire du mal. J'avais mal terriblement mal, après tout ce que j'étais prête à faire pour lui, j'étais simplement restée dans l'ombre depuis toujours et n'étais restée qu'une amie potentielle du début à la fin.

    Alors me voilà aujourd'hui quatre mois après ce rejet par Kein, je suis toujours aussi mal, je suis même désespérée à vrai dire, je passe mes journées à me morfondre et quand je suis seule ma seule occupation est de pleurer sur mon sort, car malgré tout je l'aimais comme jamais je n'avais aimer quelqu'un. C'est facile de dire ça à 16 ans me direz vous, mais je sentais mon cœur se réchauffer lorsqu'il me regardait ou m'envoyait un message et ça c'était déjà beaucoup pour moi, une jeune fille qui jamais n'était tombée amoureuse avant cette rencontre. En ce moment je ne sais plus si je ressens de la peine, de la colère ou un autre sentiment, je suis simplement dans ma chambre à pleurer quatre mois plus tard, je ne veux plus faire confiance aux autres, je préfère renfermer mon cœur, le garder derrière des barrières, je ne m'attacherais plus...C'est décidé, je ne veux plus du mot « souffrance » dans mon vocabulaire. Je parle à tout le monde, peu importe qui, s'il à envie de me connaître soit, je lui parle donc mais m'ouvrir réellement, je ne laisse voir que ce que les gens attendent de moi et comme ça je ne m'attache pas puisque personne ne peut m’apprécier pour qui je suis véritablement.Le peu de confiance en moi que j'avais s'est envolé, j'ai beau rire, faire comme si tout va bien, je sais que ce n'est pas le cas, je revoie son regard se poser sur moi, son sourire,tout.Rien ne me fait l'oublier même si j'ai réussi à mettre une distance entre nous, à contre cœur... Comme d'habitude je me connecte donc à Internet après une journée de cours mouvementée, mais qui fut une bonne journée, après tout j'étais avec ma meilleure amie, Lysa, elle est la seule qui arrive à me faire sourire et oublier le temps d'une journée que j'ai le cœur brisé. Je parle donc à des gens que je ne connais pas, ils sont tous aussi superficiels les uns que les autres, il y en a bien un qui m'intrigue mais c'est tout, mais nous ne parlons pas vraiment, nos conversations sont en faite basées sur un jeu de rôle, en effet il joue un personnage que j'affectionne beaucoup et moi je joue un personnage que j'ai créée, une moi idéal je pense.Comme je porte un « masque »,c'est seulement mon style d'écriture qui laisse transparaître une part de moi, mais je fais tout de même attention à ce que je laisse voir de qui je suis.Le jeu de rôle de la journée prend fin, l'histoire était basée sur un bal dans une académie, c'était assez plaisant de jouer la Alexia qui sourit et qui se permet d'aller danser avec le garçon sans aucune gêne, or cela n'est en aucun cas une de mes réalités. Je retourne sur mon lit, ce garçon m'intrigue, il à quelque chose de ...différent, je ne sais pas si c'est dans sa façon d'écrire ou de répondre les mots que j'aurai aimer entendre il y a peu de temps de cela, mais en tout cas ce garçon est touchant, et le fait de « parler » avec lui m'apaise un peu et me libère un moment de mes chaînes. Je me surprend à penser que ce garçon pourrai peut-être me sauver de moi-même, de cette noirceur que j'ai dans mon cœur, mais je reviens rapidement à la réalité, je ne le connais pas et lui me connaît encore moins, nous ne faisons que jouer des rôles et en aucuns cas ce qu'il se passe n'est réel. C'est pour cela que je ne voulais pas trop lui parler, pour ne pas confondre ensuite rôles et réalité. Malgré cette résignation nos échanges devenaient de plus en plus fréquents, après des semaines à correspondre par l'intermédiaire de ces jeux de rôle, il se décida à me parler pour de vrai et apprendre à me connaître vraiment, or de ces jeux... Ce garçon est gentil, il arrive déjà à me comprendre, cependant il est loin de moi, de plus je ne suis qu'une amie pour lui, et de mon côté je suis toujours la même, je ne veux plus laisser entrer personne dans ma vie. C'est pourquoi je ne m'attacherai pas et c'est aussi pourquoi je décidai de couper court à cette relation en n'envoyant plus de messages et en ne répondant plus sous ses posts pour jouer. Je l'efface de ma vie alors qu'il y entre à peine et c'est sûrement mieux comme ça, je n'avais pas envie de m'attacher à ce garçon plus qu'il ne le fallait. Or ce cher garçon n'a pas l'air de mon avis puisqu'il continue de m'envoyer des messages, et au bout de quelques messages je ne peux m'empêcher de lui répondre, je me suis rendue compte que j'aime beaucoup lui parler et que nos échanges me donne le sourire, alors peut-être que je pourrai continuer de lui parler sans qu'il n'y est de problèmes dans le futur...

    Ça fait aujourd'hui deux mois que nous nous connaissons, j'ai réussie à ne pas trop m'attacher à lui tout en restant ouverte avec lui. Je lui ai dévoilé hier soir une partie de moi que je ne pensais plus montrer, ce côté fragile chez moi je suppose, cette partie qui fait de moi une fille trop émotive sans entier contrôle sur ses sentiments. J'ai l'impression que le temps passe trop vite, sans que j'ai le temps de planifier quoi que ce soit, entre les cours, ce garçon, ma famille, mes amis, j'ai l'impression d'être mise sur pause pendant que tout le monde évolue. Des regrets, je suis emplie de regrets sans être sûre de pourquoi je regrette mon passé. C'est cette partie de moi que je veux faire taire, ce côté qui réapparaît devant moi, ce côté de moi qui m'a fait me morfondre durant des mois et des mois, cette partie de moi qui fait que je n'arrive pas à être l'insensible que j'aimerais être...Mon cœur n'écoute pas ce que je lui dis, il s'attache à ce garçon d'internet dont je n'ai jamais précisé le nom d'ailleurs. Il s'appelle Vekin, Vekin Kochi pour être plus précise, il habite en Suisse, est sportif, attachant, sûr de lui, ouvert d'esprit... l'opposé de moi aux premiers abords, j'habite en France déjà et je suis mal dans ma peau sans oublier ma peur du regard des autres... Puis il y a eu un jour cette conversation durant laquelle je lui ai finalement montrer qui j'étais, une fille qui voit en noir et qui est à l'opposée de ce que les gens attendent d'elle, il sait donc que je ne veux plus faire confiance aux personnes qui ne me connaissent pas telle que je suis vraiment. Je lui ai tout dévoiler jusque mon mal-être le plus profond, et sa réponse me laissa simplement paralysée devant mon écran, c'était incroyable. A ce moment là j'étais en caméra avec ma meilleure amie, vous savez Lysa, ma moitié, cette fille qui connaît vraiment tout de moi, le pire comme le meilleur, cette personne qu'on ne rencontre qu'une fois dans sa vie, celle qui sera avec vous pendant les moments de joie mais aussi pendant les périodes de votre vie les plus dures, cette personne qui fait que vous vous accrocher et que vous voulez aller de l'avant malgré tous les malheurs du monde. Je voyais ses beaux cheveux courts, avec ses mèches blondes qui lui tombaient sur les épaules, son air concentré avec ses petites lunettes posées sur son nez. On était décidées à travailler à ce moment là, pourtant mon esprit ne pensait pas philosophie. Lysa me demanda alors ce qu'il m'arrivait et je lui répondis alors que ce cher Vekin dont je lui parlais parfois venait de me dire qu'il était amoureux de moi. Je sentais un sourire s'étendre malgré moi sur mon visage. Je le sentais, je le savais, je le redoutais une de mes barrières avait volée en éclats.

    Ce ne fut qu'une semaine plus tard que je lui parlai de nouveau, après une semaines sans aucunes de ses nouvelles, une semaines durant laquelle j'étais morte d'inquiétude, je ne savais pas pourquoi mais depuis ce jour là mon esprit ne pouvait s'empêcher de penser à Vekin. Je n'étais pourtant pas attachée à lui, du moins c'est ce que je pensais, il faut croire que mon cœur n'a définitivement pas écouter ma raison, et si pour une fois mon cœur avait raison ? C'est ce que je me suis mise à penser quand la semaine suivante il me redonna enfin de ses nouvelles. Sans regarder ses messages je pourrai les citer mot à mot, « Je voudrais tellement te consoler et être auprès de toi Aixela. » Ces mots qui ont fait chavirer mon cœur dans ce sentiment que je ne voulais plus connaître, l'amour. C'est ce jour là que notre relation fut officielle, il l'annonça à nos amis communs qui nous félicitèrent chacun leur tout, sans oublier sa meilleure amie Tryha, qui m'aidait depuis le début, en effet c'est elle qui me disait quand je ne voyais pas ses messages où lorsqu'il avait un problème avec ses parents par exemple. Je m'entendais très bien avec elle, elle me parlait tout le temps de Kevin, je pensais m'être faite une bonne amie.

    Et les jours passent, je suis donc tombée amoureuse de Vekin, et ce garçon me donne le sourire, comment ne pas sourire en lisant ceci : «  Je suis amoureux de toi, je ne suis pas très doué avec les mots mais pour faire "simple", tu es peut-être ma première petite amie mais je saurai te rendre heureuse. Cette fille-là, je peux pas l'abandonner, je la veux. Je veux la protéger du mieux que je peux. Cette fille là, elle me rend fou, fou amoureux. Je rêve souvent d'elle, je pense toujours à elle...Cette fille là c'est toi Aixela ». Que voulez vous faire face à des mots si purs, si touchants, si apaisants, ces mots que j'ai toujours voulu entendre mais que personne n'avait jamais voulu me dire. Au fil du temps que je passe avec lui, enfin à travers nos messages car ça ne va pas plus loin , je découvre un peu plus de qui il est chaque jour et je m'enfonce de plus en plus dans l'amour, mon cœur bat de plus en plus lorsque je lis ses messages et ce n'est pas pour me déplaire. Même s'il me dit des choses qui seraient censées me repousser, je le trouve d'autant plus attachant. On à repris nos jeux de rôles d'ailleurs mais avec nos vraies personnalités, c'est encore plus intéressant de découvrir des réactions et des humeurs de l'autre comme ça, de s'imaginer comment l'autre est derrière son écran. Il se confie de plus en plus à moi et je me considère réellement comme sa petite amie même si l'on ne s'est jamais vu autrement que par photos. Je découvre son passé, ses anciens sentiments, ses mystères se dissipent...Ce côté protecteur qu'il a avec moi est de plus en plus présent et ça me réchauffe le cœur, j'aime pouvoir dire à mon entourage que j'ai quelqu'un qui m'aime et qui est prêt à tout pour moi.

    Le temps continue de passer et je lui envoie des enregistrements, il voit des vidéos mais moi je ne vois toujours rien de lui hormis des photos...Mais ça fais déjà presque un mois que nous sortons ensemble, je l'aime malgré tout, il ne me juge pas, m'aime comme je suis avec mes qualités mais aussi mes défauts, j'aime toujours autant lui parler et je suis prête à tout pour lui. Je n'ai jamais précise qu'il était né 24h avant moi?Et bien nous voici le jour de son anniversaire, qui est donc la veille du mien. Comme cadeau d'anniversaire je lui ai préparer une petite vidéo durant laquelle je finis de me dévoiler et durant laquelle je lui dis haut et fort que je l'aime à la folie. Il à apprécié ce cadeau, plus que je ne l’espérais. Le lendemain c'était mon anniversaire, il avait bel et bien réussi à se libérer pour écrire devant tout le monde qu'il était amoureux de moi et ce fut le plus beau des cadeaux que je reçu de la journée.

    Quelques jours plus tard ça faisait déjà un mois que nous étions ensemble, cette journée fut remplie d'amour et de textes plus mignons les uns que les autres, j'étais comblée, tout semblait me sourire, c'était les plus beaux jours de ma vie, mais parmi tous les mots ceux là sont ceux qui restent gravés en moi :  « Te voir en vrai est mon rêve le plus cher au monde MA princesse », un rêve commun, plus que ça même, un objectif à atteindre, nous nous verrons et enfin nous pourrons faire éclater notre amour dans les bras l'un de l'autre. C'était l'apogée de mon bonheur ce jour là et les jours qui ont suivis. Mais la réalité m'a vite rattraper, mes études étaient beaucoup moins réussies, je ratais même tout pour ainsi dire, alors même avec son réconfort ma vie n'était pas totalement telle que je le voulais.Et je ne savais pas que ces moments de purs bonheurs allaient bientôt s'éteindre pour laisser la place à une autodestruction totale.Une semaine plus tard Vekin ne me répondait plus, je n'avais pas un seul message, ce qui était inquiétant étant donné que nous étions le vendredi, donc un jour durant lesquels nous pouvions parler ( nous ne parlions que le mercredi,vendredi, samedi et dimanche), son père ne lui prenais pas son ordinateur, notre seul moyen de communiquer, mais alors pourquoi je n'avais pas de nouvelles ? Le plus inquiétant était que je n'avais pas non plus de nouvelles de Tryha, sa meilleure amie... J'étais laissée seule sans aucune réponses jusqu'au dimanche où Vekin m'envoya finalement un message pour me dire qu'il était à l’hôpital. Lorsque mes yeux s'étaient posés sur ce message, tout mon univers s'effondra, seules les larmes me montaient aux yeux et dévalaient mes joues, mon petit ami s'était fait renversé par une voiture en rentrant chez lui. J'étais au plus mal, tout devenait noir autour de moi, il était peut-être vivant, mais il était assis dans un lit d'hôpital. C'est aussi à ce moment là que j'eus enfin des nouvelles de Tryha, nous nous soutenions mutuellement dans cette dure épreuve si l'on peut dire, une personne que l'on aimait toute les deux allait mal, mais encore...En pleine conversation Vekin arrêta de me répondre, plus aucun signe de vie, je restais devant mon ordinateur à attendre une réponse mais rien ne vint... Plus rien ne vint, durant un jour, deux jours, une semaine...Vekin avait disparu de ma vie, Tryha ne me répondait pas non plus, alors là, je ne savais plus quoi faire, quoi penser, j'étais au bout du rouleau, plus que morte d'inquiétude, je ne savais pas ce qu'il se passait... J'envoyais des messages tous les jours mais rien ne bougeait. Le dernier message que j'avais reçu ce soir là était un simple « Ah... » et ce fut le dernier message de Vekin que j'eus... Tryha ne me répondit qu'une semaine plus tard, en pleurs pour me dire que Vekin était tombé dans le coma...Je ne peux décrire plus précisément cette scène qu'en vous expliquant que j'étais devant mon ordinateur que j'éteignis violemment avant de me jeter au sol pour pleurer toutes les larmes que je pouvais laisser couler sur mes joues, sur le sol, sur mes cheveux, sur mon visage meurtri par la douleur que j'éprouvais. Mon petit ami était dans le coma, il y avait de grandes chances qu'il ne se réveille jamais selon les médecins.

    Quelques heures après que j'eus appris la nouvelle j'étais dans un état pire que déplorable, j'étais juste au sol, agonisante, en train de pleurer, de hurler , de comprendre que jamais je ne reparlerai au garçon dont j 'étais plus qu'amoureuse...Ma mère débarqua dans ma chambre et je lui dit alors ce qu'il se passait, elle me secoua, je ne réagissais pas, j'étais au fond du gouffre mais je continuais de m'enfoncer dans le noir, plus rien ne valait la peine de vivre, mon amour m'avait abandonné à ce monde cruel..Ma mère me laissa dans ma chambre et ne revint que 20 minutes plus tard, j'étais en caméra avec Tryha qui ne pleurait étonnamment pas, elle le vivait mieux que moi...Quand ma mère revint elle tenait le téléphone dans la main, elle avait appeler le réseau hospitalier de la ville ou était Vekin et elle m’annonça le plus sérieusement du monde : «  Aixela, il n'y a aucun Vekin Kochi hospitalisé en Suisse, il n'y a même pas eu d'accident enregistré ce jour là, Tryha te ment, elle te mène en bateau. » Je ne pouvais pas le croire, je la regardais à travers mon écran , elle avait raccrocher, je ne pouvais me résoudre à le croire... Mais qu'est ce qu'il se passait avec Vekin ? Je ne lâchais pas Tryha une seconde , je voulais savoir, j'avais besoin de savoir, où avait disparu mon petit-ami ? C'est enfin, 3heures plus tard que j'eus le fin mot de toute cette histoire, Vekin n'existait pas, il n'était pas dans le coma, n'avait pas eu d'accident, il n'avait tout simplement jamais existé, elle avait tout inventé, du début, du jeu de rôle à l'accident en passant par les déclarations d'amour... Rien de ce que je croyais vivre n'avait existé, je m'étais simplement faite manipuler, du premier « Bonjour » au dernier « Ah... ». Alors quoi ? J'étais simplement stupide à ce point ? Le désespoir que je ressentais laissa place en un quart de seconde à une rage fulgurante, et à ce moment là je me déchaînai contre Tryha, elle m'avait brisé le cœur et amenée plus bas que terre pourquoi ? Pour rien ? Elle n'avait pas d'explications ? Elle avait juste passer le temps ? J'étais prête à mettre fin à mes jours pour rejoindre Vekin au paradis et elle aurait fait quoi ? Elle aurait tuer quelqu'un ! Si ma mère ne m'avais pas secouer à ce moment là je ne serai peut-être plus là aujourd'hui, elle aurai détruit non seulement une vie mais aussi celle d'une famille, et de tout mon entourage, elle aurai été en prison à son âge pour s'être amusée ? Je ne saurai jamais ses réelles motivations pour avoir fait ça, tout ce que je peux dire c'est qu'elle le paiera un jour même si ce n'est pas aujourd'hui, ou demain...

    Le positif de cette histoire ? Je suis toujours en vie, alors oui peut-être que j'ai la haine, que j'ai le cœur brisé par quelque chose d'inexistant mais je suis vivante. Alors oui je ne ressens rien pour personne, je ne suis pas prête d'aimer à nouveau mais elle n'aura brisée qu'une partie de MA vie et j'arriverai à arracher cette page de mon livre un jour tandis qu'elle vivra toujours avec ça car son enfer n'a pas encore commencer .

    Aujourd'hui nous sommes à la fin de l'année et je suis toujours aussi insensible, mais je suis heureuse à nouveau, je n'ai pas besoin d'un garçon inexistant à mes côtés, Lisa à su être la seule personne de qui j'ai besoin et j'aurai du m'en rendre compte plus tôt, je suis sortie avec un autre garçon depuis, Viclos, je lui ai fait du mal, peut-être par vengeance je ne sais pas, en tout cas il me déteste mais ça ne me fais rien car je ne ressentais rien pour lui, cette flamme de l'amour s'est éteinte avec la « mort » de Vekin, Tryha m'aura donc volée malgré tout cette flamme mais je la retrouverai j'ai foi, je trouverai un jour la personne qui me convient mais pour le moment je vis la vie au jour le jour accompagnée de Lysa et de ma famille, tournée la page de Vekin. Arrachée ? Peut-être demain qui sait ? En tout cas je termine cet écrit sur une note positive, j'ai le sourire et c'est ce qui compte ! ©